L'Observatoire du Leadership

Leadership et Yoga

| 0 Commentaires

Entretien avec Laure Amouyal, directrice des Éditions Narratif et autrice de « La voie royale du Yoga » (Éd. Narratif, déc. 2020).

L’observatoire du Leadership : D’où vient ce désir d’écrire sur le yoga, un thème déjà très répandu ?

Laure Amouyal : Je voulais montrer que l’on peut, à partir du texte de référence qu’est le Yoga Sutra de Patanjali, comprendre ce qu’est le yoga d’une façon bien plus approfondie, et même passionnante, que l’interprétation qui en est généralement faite. Le terme « yoga » évoque chez la plupart des gens l’idée de pratiques physiques et respiratoires, or le yoga n’est pas une discipline, une méthode de relaxation ou de développement personnel : c’est une expérience intérieure. C’est l’expérience de ce que Patanjali appelle samadhi, et dont la définition exacte est « l’apaisement complet de l’activité de l’esprit ». Cela, c’est l’objectif à atteindre, un objectif d’autant plus tentant qu’il ouvre sur une multitude de bienfaits dont ce que l’on appelle « états de conscience supérieurs », c’est-à-dire un développement optimal de nos capacités cérébrales. Mais pour atteindre cet objectif, il faut une clé, une technique. Cette clé, cette voie qui mène au yoga, Patanjali ne la donne pas.

C’est à l’un des plus grands maîtres védiques1 – Maharishi Mahesh Yogi – que nous la devons : c’est la technique de Méditation Transcendantale (MT), et également les techniques avancées appelées « programme de MT-Sidhi ». Et il est important de souligner qu’il ne s’agit pas du tout de pratiques ardues, ou nécessitant une ascèse. On parle là de méthodes faciles et agréables à pratiquer.

L’OdL : Toute une partie de votre livre est consacrée aux témoignages de personnes sur leurs expériences intérieures et c’est un étonnement qui accompagne cette lecture. D’habitude les pratiquants de méditation parlent en termes de détente, relaxation, calme ou même conscience de soi. Mais ici, outre ces bienfaits, sont relatées des expériences yogiques, voire cosmiques. Qui sont les personnes qui parlent ?

L.A. : Ce ne sont pas des yogis vivant dans des grottes ni des moines dans leurs cellules. Ce sont des personnes comme vous et moi, qui ont une vie professionnelle, sociale, familiale tout à fait normale, et qui ont intégré dans leur emploi du temps quotidien la Méditation Transcendantale et, pour certains, le programme de MT-Sidhi. Certains l’ont fait pour leur santé ou leur bien-être, d’autres par désir de développer leur potentiel. Ils y ont découvert un chemin d’évolution. Certains sont même devenus professeurs de MT.

L’OdL : Votre description de la pratique de MT et du programme de MT-Sidhi insiste sur la notion de « sans effort » pour atteindre l’expérience de yoga. Cette expérience est pourtant considérée, dans les milieux du yoga, comme difficilement atteignable sans une ascèse soutenue.

L.A. : Parce qu’il y a eu mauvaise interprétation et souvent, avant même les interprétations, de mauvaises traductions du texte de Patanjali. L’expérience du yoga, du samadhi, de l’apaisement complet de l’activité de l’esprit, s’obtient sans le moindre effort avec la pratique de la Méditation Transcendantale. Mais si l’on parle du développement des états de conscience supérieurs et du fait de les stabiliser dans la vie quotidienne, cela ne nécessite pas des efforts mais de la régularité dans la pratique. Progressivement, avec une pratique régulière l’expérience se développe. Avec le temps elle va se stabiliser et se concrétiser en états de conscience supérieurs.

L’OdL : Les états de conscience supérieurs, ce n’est pas trop haut perché ?

L.A. : Au contraire ! Comme le montrent les témoignages présentés dans mon livre, ce développement de la conscience rend la vie plus simple, plus légère, plus profonde. En fait, plus on évolue, plus on se sent normal parce que l’on fait de moins en moins d’erreurs et qu’à l’inverse nos actions sont de plus en plus justes et réussies. Dans une société dont le rythme est effréné, il est important de savoir prendre de bonnes décisions. La pratique de la MT aide beaucoup à cela car la créativité, l’intuition se développent naturellement et, avec elles, une meilleure capacité décisionnelle. C’est un atout considérable !

L’OdL : Vous recommandez votre livre aux dirigeants ?

L.A. : Bien sûr ! Qui ne verrait combien de meilleures capacités décisionnelles seraient utiles aux dirigeants politiques et économiques ? Nombreux sont ceux qui l’ont déjà compris. Tels Juan Manuel Santos2, ou Joachim Chissano3ou encore l’ancien premier ministre japonais Yukio Hatoyama. Et tant de chefs de grandes entreprises, comme Ray Dalio, Arianna Huffington4 et de personnalités célèbres, artistes, acteurs, chanteurs, qui parlent de ces techniques avec satisfaction et les recommandent !

L’OdL : Vous avez offert un exemplaire de votre livre à Emmanuel Carrère, l’auteur du livre Yoga ?

L.A. : (Avec un sourire…) C’est sur ma liste des choses à faire.

L’OdL : Sans effort !…

Le livre de Laure Amouyal est d’un petit format, facile et agréable à lire.

À commander : aux éditions Narratif, à la Fnac.

  1. le Yoga fait partie de l’Ayurvéda
  2. Président de la Colombie jusqu’en 2018 et prix Nobel de la paix 2016
  3. Ancien Président du Mozambique, Prix Mo Ibrahim 2007, avec le président sud-africain Nelson Mandela, pour ses réalisations qui ont consisté à amener la paix, la réconciliation, une démocratie stable et le progrès économique dans son pays après une guerre civile de 16 ans
  4. fondatrice et rédactrice du Huffington Post

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous et

recevez notre newsletter

Avec nous pas de spam, désinscription facile

%d blogueurs aiment cette page :